Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

21 octobre 2020 une fête dans une bouteille

 

    Il y a des gens dont on ne gardera qu'une ombre sans trace et des gestes lointains. Il n'y a pas forcément de morale là-dedans. Peut-être y avait-il trop d'abstractions et de distance, trop d'incompréhensions dans ce qui prime, trop peu de choses qui touchaient.

Il y a ceux que l'on conserve, avec ce qu'ils nous ont donné, des images et des phrases, un substrat, des mots, des sourires, ces étreintes et tous ces souvenirs comme ces lentilles que l'on trie. On n'oublie rien. Je n'oublie rien, ni le yin, ni le yang.



Le monde a changé, avant cette peur pandémique. Mon monde aussi.
Des gens passent, des gens restent, se détachent du lot pour un temps seulement, ou restent fidèles et moi aussi.

 

 

 

Je n'ai jamais vu, (réfléchissant sur la question alors et après), je ne vois pas qui vous me rappelez, si ce n'est vous. Je ne vous dois aucune mémoire de ce 21/10. Je ne suis pas un ange, mais c'est comme ça. Au fur et à mesure que le temps passe, je vois bien que ça coule de source.

Par symbole (j'en ai quelques-uns), je vous avais gardée dans mon répertoire. Après avoir assisté à de nombreuses fantaisies de mon dernier téléphone depuis mon sac à main, sans doute sensible à des mouvements plus vifs, qui se permettait d'appeler tous les "C" (pourquoi les C, je ne lui ai pas demandé), de Bx vers l'Est ou le Portugal, je vous en ai ôtée. Je n'ai pas aimé mettre ce nom à la corbeille. Mes messages, déjà - volontaires - mais des appels que je ne souhaite pas passer ne m'ont fait rire qu'une fois, de m'empêtrer dans ma phrase d'explication. De plus, en effet, vous n'êtes pas charpentier-menuisier, je m'en souviendrais.

 

 

 

 

Il y a le fumier et il y a les roses, je préfère les dernières, même de loin à jamais (oui alors, ça fout tout en l'air si j'ajoute "et leur inimitable rire". Mais entre 2 parenthèses, ça se voit à peine et j'ai dit ce que je pensais !).

 

 

 

 

                                                           Corine

 

 

 

symbole roseblanche.jpg

 

Je l'avais d'abord vu pour moi. C'est un des très, très rares objets que nous avions en commun (3 en tout), je vous l'avais dit. Je ne l'ai jamais perdu et tout fait pour ne pas le casser, enveloppé quand ça a été nécessaire dans une bonne grosse couche de papier bulle. Je me souviens comme j'étais heureuse et fière qu'il soit posé à côté des autres roses.

 

 

Je commençais à apprécier ce que je trouvais trop magnifique, moi qui normalement, ne juge pas la peinture comme primordialement faite pour être belle, mais je n'ai jamais osé porter l'étole d'Adèle Bloch-Bauer que j'ai trouvée si talentueusement reproduite, par peur de l'abîmer. C'était l'inverse du bougeoir-rose, je l'avais d'abord cherchée et choisie pour vous.

Elle a failli orner un mur, peut-être le fera-t-elle dans cette nouvelle maison. Elle est en pleine forme, rutilante, fidèle au créateur.

J'irai voir l'exposition de Klimt que j'ai donc fini par aimer il y a des années, pour moi, pour de bon. Evidemment, j'aurai une pensée pour vous. Je repenserai à tous ces crânes autour d'une jeune fille fine et blanche, de noir vêtue. Je ne suis pas persuadée que je rirai à ce moment-là en regardant de si près son image, alors qu'il est facile de rire de moi, en cette seconde, sur ce souvenir sans lunettes. J'aime ce que Klimt a réalisé, mais il serait difficile de ne pas le rattacher, à un moment ou à un autre, à celle qui me l'a fait connaître.

 

 

 

J'oubliais ! Je vous souhaite une

BONNE FETE !

 

 

 

Message in a bottle. Maybe in years you'll read it by chance and I won't know. How exactly ? I don't know either. Maybe never. But it IS.

 

 



 



21/10/2020
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres