Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

2019-2022, à mon père

 

 

 

(…) Tu es dans ces lumières qui n'ont pas de temps. Ces scintillements qui s'approchent, dans une aube énigmatique qui s'ouvre à toi.

 

Sais-je pourquoi, il se  rappelle à moi. Il te gardait autrefois, il n'y avait pas intérêt à s'approcher trop près de ton berceau. On te l'a raconté, petit, avant que tu ne me le dises, une certaine fierté de ce bastion dans la voix.

Ce chien imposant te reconnaît. Il t'a attendu si longtemps. Aucune voix ne te jugera sans qu'il ne cherche à te défendre.

 

 

 

 

 

 

 

Ces quelques courtes lignes (ci-dessus) parmi bien d'autres pages que je n'ai jamais partagées – les billets, c'est autre chose - il y a 3 ans.

 

 

Ici, le temps est saccadé. La liberté chérie a les lèvres sèches. Tu n'aurais pas supporté et aurais rigolé de la raison, quitte à en mourir. Autant ne pas avoir vu ça. Ce peut être ta consolation au regard de ce passé d'une première existence. 

 

Celui qui inventait l'humour et la fantaisie dans la famille, tu manques, premier du troupeau, Papa. Ta résistance me demeure en exemple.

 

Soit en paix, dans une occulte vie polychrome, où toujours, impossible et jamais ne signifient plus rien.



                        Corine

 

 



 

Ps : D'ailleurs défendre quoi, si ce n'est de ne pas être un saint ! Combien de coups de main as-tu donnés dans la vie, gratuitement, sans penser ni à des retours, ni au paradis...

 

 

 

 



31/01/2022
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres