Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

Quand la cage s'ouvrira

 

 

 

"Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves" ...

 

 

 

Il y a cet organisme microscopique qui dérange les nôtres, depuis 2020 (depuis octobre 2019, on le sait bien. ''On'' avait oublié de nous prévenir, cela ressemble fort à une décisive responsabilité), un affreux intrus armé d'une protéine chinoise obsédée par l'idée de nous trouer la santé pulmonaire. Un parasite boulimique, doté d'une épée sournoise.

C'est tout simple, quand on ne commence pas le Journal par cela, c'est que ça va mieux. On ne nous le dit pas franchement. Pour une fois, on nous laisse en tirer les conclusions par nous-mêmes. On nous préserve le muscle cardiaque de l'exaltation. C'est pour ça. La santé morale en berne, on la mentionne parce que décemment au bout d'un moment, il faut bien avoir l'air de s'en préoccuper. C'est comme les averses, il en est question plusieurs jours, puis silence.   

 

 

Des gens haut perchés - non privés de mouvements et toujours en contact - que cela constipent de rendre l'espoir se retranchent dans leurs rangs, leur petit livre rouge à eux à la main dans lequel l'alinéa de l'Etat de droit progressivement s'efface.

 

L'air de rien, on est libres, crétins que nous sommes de toujours râler. On ne peut plus faire ce que l'on veut, mais librement puisque l'on choisit ! (pour le moment). L'idée qui rassemble les 2 oppositions (pro et anti-vaccin) est de se prémunir du pire. Il y a les convaincus, les prosélytes, les unilatéraux et ceux qui ne savent plus trop distinguer le blanc du noir.  

On ne voit qu'une liberté conditionnelle. La piqûre magique 1 fois, 2 fois, 3 fois l'an et ? Etant entendu que potion magique ou pas, on ne serait pas tous garantis de ne pas trépasser. Comme d'habitude, en dépit de flottements, fermons donc les yeux sur le chapitre du plus ou moins long terme ! Le sujet ressemble à celui du climat. 

Je me moque bien assez des ''influenceurs'' (qui influencent-ils d'ailleurs ?) pour avoir la prétention de donner un avis tranché et de penser à la place des autres. Je me contente (si on veut, le mot est fort) de mes opinions qui elles-mêmes bataillent avec ardeur entre elles, tant l'information est exorbitante. On apprend, on comprend tout et son contraire. Mon avis demeure plein de questionnements. Ce que je trouve insupportable sont les réponses qui n'en sont pas, qui se dérobent. Certains scientifiques en font également preuve.

 

 

Les hauts, très hauts placés ne doutent pas (!) de pouvoir faire passer la liberté contrainte de montrer les papiere pour passer, avancer, circuler jusqu'à la Saint-Glinglin... Y compris dans les musées où il est cependant si simple de tenir un rythme d'entrées sans papiere. Sofort ! Schnell ! Evidemment, dans les musées, on peut toujours dire que l'on n'aère pas. Aurait-on fait des ouvertures dans les toits (vélux par exemple), il y aurait sûrement quelque chose à dire quand même.

La Saint-Glinglin, ça pousse à loin. Pied de nez La logique semble variable. Les affirmations s'entretuent depuis le tout début. 

 

 

Ce virus nous aura, des nourrissons aux centenaires, foutu 1 an et demi de notre vie en l'air. Ca peut crisper jusqu'à balancer un oeuf. Mais ce jeune homme irrespectueux a le bénéfice d'une cs psychiatrique plus rapide que les autres, suivie d'un internement Manu, non pardon manu militari. Il faut reconnaître qu'il y en a qui ont de la chance ! Mon ami ! On en bave de jalousie !

 

Le veinard agresseur a donc un point commun avec l'agressé, c'est que comme je le disais, on a un président qui est le Gontran de Picsou. Un chanceux depuis ses premiers jours. Un oeuf ne le tache pas. Il travaillait il y a quelques années dans une grande banque. Il n'est pas impossible que son pied se soit un jour posé, comme celui du Gontran de l'avare Picsou, sur un billet que personne n'a vu avant lui sur un sol astiqué Rigolant. Parce que quoi ? Parce que c'était lui. « It had to be you ! » Bouche cousue Incertain Innocent (rigolez pas, Sinatra l'a chanté, quand même).

Les chefs se suivent et ne se ressemblent pas. Une petite larme pour le précédent, s'il vous plaît, qui ne pouvait pas en dire autant, lui qui se tenait droit sous le ciel, la cravate un peu de biais, les lunettes impeccablement essuyées.    Un seul pigeon, la fiente était pour lui. Se pointait-il sur un autre sol que celui de Matignon, la pluie tombait. Hollande, mieux qu'un fromage, le président des éléments. 

 

Un internement. Quand on pense à toutes ces tartes à la crèmes que BHL s'est pris dans la figure... !

Le philosophie est-il plus magnanime ? Ou méprise-t-il l'agression au point de l'oublier relativement vite ? 

 

 

Mais revenons à nos moutons et laissons le mari de la charmante Arielle Dombasle tranquille. 

Quand on se permet de parler de santé (en étant tout aussi scientifiques que nous !), on laisse une porte d'espoir. L'espoir, c'est aussi de l'oxygène. Et des raisons d'espérer pour une majorité de gens, il y en a, quoiqu'ils disent. Une prudence est toujours opportune, mais l'attente de jours meilleurs ne cautionne pas le despotisme. Les virus ne sont pas les seuls à exécuter des vies.

 

Vous allez vous dire que vous savez déjà tout ça. Bien sûr, mais un blog est aussi une soupape. Je vous dirais franchement que je ne pensais pas parler de ce virus plus d'une fois ou deux.

 

Un peu de douceur : 

 

 

Petite fille rafistolée 1ère version le 30.09.21.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite fille rafistolée 2ème version le 30.09.21OK.jpg

 

 



29/09/2021
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres