Mi(s)ScellaneaCorine

Ces parfums de mots, un 21 octobre

 

Une part de texte-souvenir (je n'aime pas ''exhumé'', ça fait mortuaire), revu en 2021.

 

 

Un jeudi, je n'avais pas fait attention. Jeudi 21 octobre 2021.

Je monologue, pas de nom, pas de contexte. Une pierre angulaire dans ma vie qui reste en moi. 

 



Le monde ne deviendrait qu'une librairie fantôme de livres virtuels (horreur à mon sens également), je crois qu'elle s'emparerait des outils d'impression pour recréer d'elle-même un univers d'encre et de papier, réhumanisé, accessible, palpable, où la transmission repasserait de la feuille au regard, du regard à l'âme, de bouche à oreille, de mains en mains. Pour bien des ouvrages, leur découverte n'est pas leur seul trésor. Chaque lecture ou relecture reçoit sa résonnance selon le tempo de notre vie, selon les pages que nous avons tournées. 

 

 

 

 

 

 

 

Elle en serait capable, comme une flamme qui rallume une mèche mouillée. Faite pour accrocher la vie, il en serait de même dans des parfums de livres (sans combustion).

 

De ces gens que l'on ne peut remplacer par quelqu'un d'autre à la même place. J'en connais peu. 

 

 

 

 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

 

 

L'élégance peut lâcher comme un ange déçu. Je l'ai regardée un jour dans un miroir, elle était en deuil blanc. Elle avait blêmi, mais respirait encore et regardait ses dettes.  

 

C'est un principe fondamental pour l'un comme pour l'autre : ne jamais se laisser atteindre, par personne. 

 

Des yeux solaires, un jour de plein sourires. 

 

                               

                                                                                               Corine

 

 

 

                                                                              

 

 



21/10/2021
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres