Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

Une goutte le 08/12

 

 

 

Premièrement ce qui me rend heureuse ce 08/12/19 sont les résultats dont on nous fait part au Téléthon. Que la science lutte efficacement contre la souffrance, la détérioration des fonctions physiques et vitales est une joie. 

 

 

****************************

 

 

 

 

 

 

Je n'ai pas eu la chance de m'intéresser à Lennon avant sa disparition. La Grande-Bretagne, la musique pop universelle n'étaient que des mots, auxquels je ne prêtais qu'une oreille très distraite. Ca m'a évité d'en pleurer.
 
J'ai été secouée par la nouvelle sans vraiment la saisir lors de la récré, le 08/12/80. Je comprenais mal la violence adulte à son point le plus imbécile, "ça ne pouvait pas exister" (me disais-je), il devait me manquer un renseignement.
Des points d'interrogation se placèrent en rang assez désordonnés dans mes pensées, je mis mon chapeau figuré par-dessus et la journée se passa sans que je n'y revienne, si je m'en souviens bien. Si j'étais choquée, je n'étais pas bouleversée, ne sachant distinguer son visage de celui de ses anciens "coreligionnaires" dont je connaissais quelques chansons ("All you need is love", "Strawberry fields", ou hum... "Yellow submarine", drôle pour les plus jeunes, mais que j'ai, en tant qu'adulte, du mal à supporter longtemps ! "We all live in a yellow submarine, yellow submarine, yellow" Incertain) Tout juste si je savais qu'ils étaient séparés.
Le lendemain, ces points interrogateurs sous le chapeau n'étaient que des feuilles mortes sans râteau pour les faire disparaître.
 
Après, ben... j'ai connu la musique pop et me suis mise à beaucoup aimer, notamment, bien sûr, les Beatles dont j'ai différencié les personnalités !
 
 
 
Il n'empêche que chaque année, j'aime mettre la vie de John Lennon en priorité le 08/12 avec l'envie de prendre un râteau pour débarrasser les feuilles de l'événement sordide. Une goutte d'illusion au bord d'un abîme de gâchis où elle essaie de ne pas tomber.
Ccrtains artistes des années 60-70 sont plus ou moins oubliés, d'autres non. Il ne l'aurait, j'en suis sûre, jamais été. Jamais muet, jamais blasé, toujours brillant. Un grand enfant doué, curieux, averti, narcissique et drôle.
 
Lennon chantait, nerveux illuminé   "Power to the people"
En 2019, c'est une voix de Suède en colère sans artifice qui nous rappelle l'urgente nécessité du pouvoir que doivent prendre les gens dans un état de catastrophe climatique, du travail que doivent fournir les enfants et les adultes au présent et au futur, afin qu'il y ait un futur et afin que ce même temps proche soit potable. J'ai pensé à lui quand je l'ai entendue la première fois, sauf que là, ce n'est plus de la rigolade.

« The real power belongs to the people ».

 

 

Heureuse est la nostalgie quand elle retrouve sa source.
Je vous souhaite une belle écoute. On ne se refait pas (pas totalement) !
 
                                                        Corine

 



08/12/2019
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres