Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

On le connait tous, mais sait-on qui c'est ?

 

 

Depuis le début de ce blog, sauf exceptions, je ne souhaite pas refaire d'hommages. Le nombre de disparitions célèbres de 2020 (miroir, dans leur proportion, de celles des anonymes) me rappelle 2016. Parler de toutes ne soulèverait pas le moral des troupes.

 

 

J'aimais aussi vraiment bien Brasseur, très grand acteur qui a su passer à merveille tous les rôles, genres et décennies.

Pour un hommage au plus pressé, on a ressorti des caisses toujours proches le moyen le plus aisé, le si populaire, si rassembleur : les anthologiques « Un éléphant, ça trompe énormément » et « Nous irons tous au paradis ». Je ne crache jamais dessus, puisqu'ils me font pleurer de rire (y compris les dans les pires situations personnelles : pour dire si c'est fort !) lors de chaque diffusion (ex : Brasseur la pendule entre les bras, Rochefort passant avec son regard de Rochefort au matin de la levée de la grève des avions « mais, qu'est-ce tu fais, mon grand » ?) !!!!

 

J'ai eu le très grand plaisir de revoir un acteur dont j'adore les interprétations, qui aurait pu faire l'objet d'une série (il y a bien eu Kev Adams). Une tête (de gosse frisé) conservant la même expression d'un rôle à l'autre, mais c'est le jeu. Comme Lucky Luke, ou Clint Eastwood du temps de ses westerns. Cet acteur, c'est Christophe Bourseiller, diplômé philo, professeur à l'Institut d'études politiques, journaliste, auteur, chroniqueur, communiste, etc !

 

Ce type de 17 ans et sa capuche qui lance sans bouger un cil, son casque de mobylette sous le bras, à Danièle Delorme excédée par l'assiduité de ses poursuites :

- mais vos parents, Lucien ?

- Nous nous passerons de leur accord, mon amour

 

(…) - J'aime vos seins, surtout le gauche

 

 

Un crampon qui prend le temps, à la fin d'une relation qui n'existe pas, d'exprimer une déclaration littéraire de défaite à cette toute fraîchement '' ex'' adulée, ne se privant pas pour autant d'enchaîner par un sondage (tant qu'il y est. Et puis c'est un jeune, il faut vivre) !! "Etes-vous pour ou contre l'interdiction des berges de la scène aux véhicules de moins de 5 tonnes ?"

MDR !

 

Bourseiller quand il joue son jeu sans jeu a une tête assez unique, un visage de marbre, ne sourit pas, ce qui rend les choses encore plus drôles.

 

Dans "Clara et les chics types" (avec Balasko, Lhermitte, Adjani, Auteuil, Clavier, Marianne Sergent, ....) sans qu'il n'ait rien demandé, ni ne sache de quoi il retourne, (le rôle de) Marianne Sergent lui demande de poster une lettre « au Chinois ». Elle le prend alors par la nuque, incline sa tête et l'embrasse fougueusement sur la bouche, après lui avoir adressé ce fort aimable : « je paie ton silence et je paie cher ».

(Le personnage de) Bourseiller se laisse calmement faire avant de lui répondre « oui enfin, cela dit, tu n'es pas obligée, pour me demander de poster une lettre, d'engager un processus érotique entre nous ».

Rigolant

 

Autre séquence, de Bourseiller (même film) au tél :

- je commence incessamment, alors ça ne m'aurait pas déplu que tu me mettes vaguement au courant, tu vois

 

Balasko qui s'enquiert du résultat de l'appel :

- tu commences quand ?

- Lundi

- ah !!! Ca va, T'es content ?

- Oui j'exulte.

(d'un regard aussi morne que s'il enterrait sa grand-mère). 

 

 

Impayable ! Soit les rôles (dans "Prof" aussi) ont été taillé exprès pour lui, soit il les a écrits lui-même.

Il y a des gens dont on profite toujours (par le plaisir des larmes hilares que déclenche leur humour ravageur), mais qui manquent. Bourseiller est un des meilleurs anti-dépresseurs, sans effets secondaires.

 

Sans doute a-t-il peu apprécié la perspective de n'avoir "que" ce genre d'emploi dans la tête des scénaristes (assez fréquent quand on est marquant dans un personnage). 

Être mieux qu'un comprimé comico-intellectuel ? Enfin, il est vivant et c'est déjà bien par les temps qui courent.

 

Je vous recommande chaudement "Clara et les Chics Types", pour le film, les dialogues et tous les acteurs de cette comédie nostalgique.

 

                                   Corine

 

 


 



01/01/2021
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres