Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

En bonne compagnie

 

 

Pause congés (débutés depuis un bon petit moment, je ne fais que passer !)

 

Je vous laisse, dans son clip le plus drôle, en compagnie du

 

 

 

 

 

      sympathique, 

 

 

 

 

 

               talentueux

 

 

 

                    

                                      élégant (l'image fixe ci-dessous tant que vous n'aurez pas cliqué dessus peu tromper Rigolant, mais qui a oublié "Johnny and Mary", "Addicted to love", "I didn't mean to turn you on", Every kind of (/kinda) people" ?)

 

 

 

 

              inoubliable 

 

 

                    Robert Palmer

 

 

 

 


 

 

Bisous à tous ! 

 

                                    Corine 


20/09/2021
4 Poster un commentaire

Magic Kate

 

 

 

Vraiment rien à comprendre si ce n'est que j'adore Kate Bush, une princesse de la musique, de la danse, de la vie sous ses dehors irréels. Une voix si pure.  Un mystère en soi.

 

 

 

 

 MONTAGE gardé Kate et fantômes.jpg

 

 

  

(...) (...)  Car le fait est là, bien des années plus tard. Certaines chansons, certaines musiques demeurent aussi marquantes que des pièces frappées à chaud, dont l’étrangeté - qui a pu être copiée par la suite - éclate dans un métal inconnu, sur un monde vierge. Chez Kate Bush, un paroxysme épousant une voix aux profondeurs caressantes, aux octaves risquées, néanmoins assurées, menant vers les hauteurs mystiques, de celles qui emmènent à s’oublier pour se fondre en ce qu’elles nous content.

Le radeau des années se brouille dans son œuvre, obligé de consentir à épargner de la rouille les pièces prodiges façonnées par des artistes qui n'ont aucunement pris la peine de se soucier d'être en lien avec le contexte de leur époque. Ceux dont le talent ne perdra jamais une couleur, dont Kate Bush" (extrait d'un texte de 2012 légèrement retouché, je pense de manière plus explicite. 

2012-2021, curieuse inversion, 2 années qui se parlent en miroir).

 

 

                                                                    Corine 

 

 

 

 

 

Ps : ci-dessus, j'ai complètement modifié la 1ère ''recomposition'' d'images que j'avais faite il y a quelques jours, mais je n'ai pas pu me résigner à lâcher un portait parfait (trouvé sur le net, fait par qui, comme souvent on l'ignore ; le nom devrait toujours être imprimé comme une signature de peintre) et à n'en rien faire de personnel ! It's so romantic ! Presque on verrait Heathcliff arriver !  Rigolant 

 

 

 

 

 

1ère et 2ème version de retouches :

 

Montage Kate Bush JOLI forme Kdo.jpg

 

 

 

 

                                     Montage Kate Bush JOLI forme Kdo2ème.jpg

 

 

 


03/09/2021
9 Poster un commentaire

Fake past, lovely band

 

 

 

 

    Etouffer les frustrations et leur tordre le coup. 

 Plus besoin d'avoir été synchro. Peu importe, en l'instant, de ne pas avoir jamais pu les voir. Mettre des rêves en images. Les Beatles sont passés par Bordeaux, là, fin août 2021 dans nos décors et sous nos beaux petits nuages locaux. 

Hommage aussi à la superbe pochette d'origine. 

 

 

Quai des marques Bx + Beatles nuit du 01-02.09.21.jpg


31/08/2021
6 Poster un commentaire

Quand même un monde !

 

 

 

 

 

Ca m'arrange pas.jpg


19/08/2021
15 Poster un commentaire

Madame Norma-Lyn

 

 

 

 

 

''Madame'', un mot d'estime pour une dame qui méritait le respect. 

 

Parmi les nombreux livres que j'ai lus à son sujet, j'ai reçu en cadeau, au milieu des années 80, celui de son ami auteur et poète lui-même, Norman Rosten. Il parlait d'une autre Marilyn, comme tous ceux qui en firent témoignage (comment une star pourrait être celle que l'on voit en représentation d'elle-même à chaque flash ?). Il avait insinué dans quelques pages de petits mots amicaux de sa part, des réflexions et des poèmes qu'elle avait écrits.  

Je ne crois pas me tromper en disant qu'il faudra attendre le XXI° siècle pour qu'on lui concède une expo. mettant en lumière publique et incontournable ce talent. 

Il serait si doux que les esprits nous visitent ; que le sien soit parmi ceux qui trouvent une réparation au constat que le crédit de la valeur de ce qu'ils étaient leur est enfin accordé. Abstraction faite de quelques intimes, elle n'en reçu pas le solde de son vivant. Pourtant, Norma Jean luttait. 

Aussi belle soit-on (elle était époustouflante), le mépris est aussi mortel que des barbituriques. 

 

 

« Seuls quelques fragments de nous toucheront un jour des fragments d’autrui. La vérité de quelqu’un n’est en réalité que ça, la vérité de quelqu’un. On peut seulement partager le fragment acceptable pour le savoir de l’autre. Ainsi on est presque toujours seuls ». Marilyn MONROE. 

 

 

On ne peut mieux dire. 

 

 

 

 

Marilyn 3ème version.jpg

 

 

 

Il y a les vrais. Ceux du bonheur, de l'espoir, mais combien, au nombre des sourires d'une vie, peuvent mentir ? Par politesse, par pudeur, peur. Ou pour plaire...

 

A la petite fille au piano blanc, au patronyme incertain (Baker ? Mortenson ? Gifford ?) qui n'appartenait à personne, mais que nous apprenons encore aujourd'hui et pour très longtemps à connaître. Comment aurait-elle pu imaginer cela ? 

 

« (...) but strong as a cobweb in the
wind — I exist more with the cold glistening frost.
But my beaded rays have the colors I’ve
seen in a painting — ah life they
have cheated you »

 

 

 

Quand on aime Marilyn (et plus on creuse, plus on l'aime), on a souvent l'impression qu'on aurait pu la sauver. Forcément, on en a tellement envie. Quand même Joe Di Maggio, l'homme solide, l'homme aimant, l'homme loyal, n'y parvint pas. 

 

L'appel n'a pas abouti en août 1962. La vie trichait couramment.

La petite araignée n'a plus besoin de givre. Sa toile est éternelle, des couleurs sur les mots. 

 

 

                                                                                                      Marilyn sadness revue.jpg

 

Un repos. A quel(s) prix, Norma Jean ?                                     

 

                                                                                                        

                                                                                                                               

                                                                                                                             Corine

    

 


17/08/2021
15 Poster un commentaire

Ce loser, un héros

 

 

 

 

Je reviens progressivement à la pratique du langage :-) 

 

 

 

Quoiqu'aimant bien Cristina Cordula, je n'ai pas trop compris qu'elle (ou qui que ce soit) puisse déposer [: magnifaïque :] et « ma chériiiie !!! » à l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Si tous les ''ma chéries'' mondains avaient été brevetés, le service serait saturé.

 

Magnifaïque et ma chérie. Soit ! Elle ne se borne pas à cela dans la vie.

 

Quant à l'émissaire des stupeurs (en détresse !) fabriquées et son ''allô quoi ?''... . Il est heureux que la propriété industrielle ait été pensée comme une nécessité. ''Intellectuelle'' pour la caution d'une idiotie aurait été responsable de syncopes (dont la mienne), surchargeant bêtement les urgences cardiologiques. Bien évidemment, mise au courant de l'aubaine sans effort (encore une), elle a déposé les mots qui firent sa gloire. ''Shampooing'' lui échappa. Le terme était répertorié depuis au moins le déluge. Et c'est ''poche'' : trop de marques et de sous étant dans le coup, elle ne s'y avisa point. Graham Bell se retourna dans sa tombe, mais il ne fit pas de bruit. 

 

Allo quoi ? No comment. 

 

 

 

Ou plutôt si, je commente. Imaginez la torture de l'homme des cavernes s'il avait un droit d'accès à défaut de regard sur ce siècle.

 

Un homme qui réfléchit, batailla avec son silex, domestiqua le feu sans déposer de brevet... Ba, ba, ba, ba !

 

 

 

 

 

Conclusion : l'homo erectus était un loser. il en présentait tous les signes avant-coureurs : pas un savon, pas une brosse à dents, rien de l'arsenal élémentaire à la survie hygiénique.

 

Les séquelles de cette pouillerie furent longues. Il n'est pas anodin que parmi ses successeurs on compte le Néant-dartral (''néant" du latin gentem, c'est-à-dire personne et de ''dartre'' du latin derbita : éruption), un descendant encore à la bourre avec plein de problèmes de peau, sans portable pour appeler un dermato. Pour caller [koller] un dermato, oh je régresse, c'est contagieux. L'anti-civilisation, je rêve ! 

 

Vous dites ? Néandertal ? C'est pareil. Où on va, là ?

 

Un mec comme ça, ça aurait dû être limogé de google.

 

 

 

L'homo erectus. Je suis grave dégoûtée qu'on se rappelle encore son nom. Clin d'œil

 

 

 

 

 

                                                            Corine 

 

 

 


11/08/2021
13 Poster un commentaire

Lui, en psychanalyse !

 

 

Je ne me vois pas répéter un article sur un même blog.

Il s'agit de ''la névrose divine'', dont je peux remettre un extrait pour rafraîchir les mémoires (ça date quand même de novembre 2017 et me semble par conséquent nécessaire !) : 

 

(...) (...) "Tout cela lui semble donc fort peu conciliable, mais il y a longtemps qu'il ne cherche plus trop de logique chez ses Schtroumpfs ailleurs que dans le foin du bon sens paysan, ou les mathématiques qui font des bosses (Dieu a toujours de l'arnica sur lui). Se mettre dans des états pareils pour ce en quoi on croit, ou ne croit pas lui semble absurde. D'hommes à hommes, affoler les grenouilles est peut-être le but. De ses milliards d'yeux ouverts, il voit que des bénitiers manquent un peu d'eau. Des ouailles chantent, d'autres coassent et ne l'ont pas vu. Son Esprit essuie la poussière. Ses yeux fermés le restent.   

 

Quand le moral revient, Il ne sait guère comment.

Alors, il y a peu de temps à son aune, sur ses états cyclothymiques, Dieu a lancé un appel qui a fait comme une voix de métal hurlant :

 

 

         « Névrosé 2 %, cherche psy demi-tarif » 

 

 

C'est pas qu'il soit radin. Dieu a toujours été pauvre comme Job et n'a jamais eu le sens des affaires. Le fiston non plus. Mais non ;-)

 

Un mec est arrivé, tout mort, idéaliste, sur-diplômé en Psy. Le mec possédant une maturité, une juste mesure entre l'expérience acquise depuis son décès et celle de sa vie. + le diplôme, ça a eu l'air de coller.

Dieu commença les séances en tant que patient (allégé).

 

 

Ca c’est su, sans que soit sabordé le serment sacré de la déontologie. Ca s’est su quand même, sans sacristie, dans ce huit-clos sans les autres. Ca s’est ouï. Les serments ont sifflé sur nos têtes. Il faut dire que Dieu parle fort. Il y a longtemps qu'il juge qu'il a de bonnes raisons de penser qu'on est sourd, alors il ne se méfie pas.

 

Tout le monde ne voulut pas entendre. 

 

Mais après tout, tout ça nous amène pour de vrai à une question cruciale : SI DIEU EXISTE, CROIT-IL EN SON PSY ?

 

                                                                      Corine 

 

 

Ps : et si le cafard leur prenait à tous deux ? Refusons-nous à une telle hypothèse"

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Cf desssin : 

 

 

Car Dieu n'a pas de corps. Pour l'analyse, il a eu la politesse d'enfiler une tête et des mains, afin d'exprimer sa douleur plus visiblement, et des pieds pour s'accorder au genre humain. Et des chaussettes. Parce parce que c'est comme ça. Dieu est perfectionniste. 

Il a eu à coeur de ne pas impressionner le psy et que ce dernier se sente un peu comme chez lui.

Le psy l'entendait, certes, mais jamais il ne l'avait croisé dans les couloirs, sous la céleste voute. 

 

 

D'où le lapsus (corps/coeur à l'ouvrage) d'aussi bon goût que "la vie est belle" ! Rigolant 

 

dessin Dieu en psychanalyse  version pour blog.jpg

    

 

 

                                                                                  OU :

Desssin de D psychanalyse 05.08.21.jpg

 

 

 

En réponse à ma chère Marmotte sur FB, au cas où d'autres personnes ici se poseraient des questions sur le genre de ces chevilles (féminin ? Masculin ?), je vous remets l'ensemble en plus gros : 

 

 

pieds agrandis.jpg

 

Si ça, ce ne sont pas des jambes d'homme, il faut courir au centre d'épilation le plus proche ! Clin d'œil Na, na, na, non, pas de Portugal qui tienne !

 

N'empêche que pièce par pièce, Dieu et sa psychanalyse ont été chronophages !!! J'ai même enlevé la marque des chaussettes Rigolant

 

                                                                                              Corine 

 

 


02/08/2021
14 Poster un commentaire

Un monde fait de tous/ t ;-)

fusion nature éléphan3.jpg

 

 

 

 

 

Eh bien, écoutez, c'est l'été et il est urgent de se détendre !

Par conséquent, pour un peu d'austérité, Mrs Gabrielle Solis et son époux Carlos ("Desperate Housewifes") ci-dessous se dévouent sous mes manipulations. 

 

 

 

 

 

 

 

                             Carlos et gaby Médaillon blog .jpg

 

 

 

 

 

 Carlos et Gaby inversés recolorés top.jpg

 

 Après tout, qui portait la culotte à 90 % ? 

 

 

 

 

 

 

                        Gaby et Gaby.jpg Deux doses de narcissisme, une dose d'autoprotection ! Symbolisons. Cette série m'a tellement fait rire. 

 

 

 

 Je vous ai menti sans le savoir avec le scalp somatisé de la précédente page. 'Can't stop !Rigolant

Faute avouée est à moitié pardonnée !!! 

 

 

 

                                                                                   Corine

 

 


25/07/2021
14 Poster un commentaire

Ben fff... somatisation !

 

 

 

 

J'insiste avec mes bidouillages, avant de reprendre l'usage des mots !

Pas forcément esthétique, mais pas fait pour !

 

Femme bigoudi signée.jpg

                                                                                      

Je vous souhaite de retrouver la sérénité que vous méritez (et moi aussi Rigolant) et de profiter de ce que l'été offre de plus beau. 

Je n'en dirai pas plus. On en entend tellement. 

Prenez soin de vous. 

 

  

                                                                                                            Corine


19/07/2021
15 Poster un commentaire

Elli perchée

 

Rien n'est jamais parfait - surtout quand on débute, mais il est si agréable d'essayer et de s'approcher de ce que l'on souhaitait faire. Les tentatives sont les maîtres des apprentis.

Je voyais l'année 2021 d'un si bon oeil que j'ai gardé cette carte de voeux. Je l'ai retrouvée aujourd'hui.

Un montage. Il n'y avait plus qu'à penser à des mélanges qui ne se sont pas fait prier pour se composer dans ma cervelle. Ne restait qu'à les recomposer de manière intelligible !

Comme j'aime beaucoup Elli Medeiros, il fallait bien qu'elle ait un rôle dans l'histoire :-)

 

 

Il est vraisemblable que sa chanson "Soulève-moi" que j'aime énormément me soit revenue en tête et m'ait donné cette idée (chanson proprement géniale dans l'écriture et l'interprétation. Au cas où vous iriez vérifier - ce en quoi vous auriez bien raison - et vous poseriez des questions - ce en quoi vous auriez tort Clin d'œil, je dirais qu'une chanson n'est pas un mode d'emploi à prendre au premier degré). Ce collage n'a de commun avec ''Soulève-moi'' que le verbe au sens strict. Il est cool, la chanson ne l'est pas !

 

 

 Ellie 15.07.21 OK transparence complète (bras).jpg

 

 

 

 

 

Ellie BLUE 15.07.21 OK transparence complète (bras)2.jpg

 

 

 

J'en remets une couche, en hommage aux origines Punk ! Bien bleue, bien étoffée, presque rasta !

(la différence de position du cercle lumineux s'explique par le fait que j'ai beaucoup hésité sur la première version et en ai enregistré plusieurs. Il peut arriver que l'on s'acharne sur un détail, à ne pas savoir si c'est mieux, moins bien, puis si, puis non !). 

 

                                                                                                Corine 

 

 


09/07/2021
23 Poster un commentaire