Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

IMMEDIATEMENT !

 

 

     


Une des questions que je me posait il y a quelques heures était celle du risque de parler du covid comme on cause de mode. 

 

La vague de covid en vogue. Qui pensait qu'il s'étoufferait comme ça, dans ses glaires, ou sa sécheresse ? Criant. Le covid porté court, long, beaucoup trop long. Ce ne sera jamais drôle, à l'instar de ce qu'il est.

Encore une mutation. Serait-il possible qu'il se regarde, il ne saurait se faire horreur. Sa dissolution même lui serait indifférente. Si nous avons bien conscience de ses dommages, il n'a pas connaissance de son existence. 

C'est un très vilain souvenir qui ne meurt pas tout à fait et accroît la précarité de nos confiances. Sans aucun mérite, il nous fait, sans pouvoir le vouloir, respirer plus fort encore si c'est possible, le goût de la liberté, la nature, la chance de la capacité d'amour, ressentir la douleur du monde, ses soifs, ces tornades imbéciles, ses joies, ses planements. Je ne cite que lui. 

Flirt : rapprochement, toucher, séduction... Son petit nom est FLIRT.

Le mauvais goût grossit là par ce qu'on pourrait considérer proche de la provocation. lui qui a tellement écarté les cœurs et les corps des gens. La majorité des nationalités connaît le sens de ce mot.

Il y a plusieurs graduations, mais le cérumen de la bêtise est effrayant.

 

-------------------------------

Bien. J'avais annoncé de la gaieté.

Et une mise à jour pas totalement achevée du blog.

Alors la gaieté. 1, 2, 3. On y va, on y court, on y saute.

 

Il y a quelques années, la C3 était et est toujours une voiture de conduite et de proportions agréables. Sécurisante, elle était déjà de celles qui vous préviennent que vous avez oubliez votre frein à main, s'époumonent dans le suraigu (aïe!) de façon à vous faire comprendre qu'il s'agit plus vite que ça d'attacher sa ceinture, « Mesdames et Messieurs, nous allons bientôt accélérer. Veuillez attacher votre ceinture et pour votre confort et votre sécurité, la garder attachée pendant la durée de votre déplacement. Nous vous rappelons qu'il est fortement déconseillé de fumer pour votre santé et, dans un présent absolu, dans l'optique d'une vigilance maximale ». 

 

J'exagère !

Mais ce qu'il y a de vrai, c'est qu'elle vous dit aussi placidement de ne pas oublier de changer de vitesse. Maintenant, si ça nous chante de foncer en 2ème, c'est la longueur de vie du moteur, du joint de culasse, ou que sais-je, mais de toute façon votre portefeuille qui prendront. C'est vous qui voyez. Elle clignotte et vous laisse libre, ce qui lui sert de conscience tranquille. On voit bien qu'elle ne veut que votre bien avec la ceinture quitte à avoir une trachéite de s'égosiller. Vos intérêts, c'est votre affaire. Elle aussi s'est attachée. Elle vous aAaaimme. VouifRigolant (faux !). C'était le début, en plus sympathique et inoffensif que cette intelligence artificielle dont on nous rebat les oreilles. 

 

Elle a connu des coups, des griffures, le changement climatique, des arrêts maladies, des chirurgies. Mais n'a pas changé de caractère en 13 ans.

 

Or, il y a quelques jours, ô, réception d'un courrier. Ce n'est pas moi qui ai ouvert l'enveloppe. Je n'ai pas vu l'A.R et j'ai cru à une blague. Les lettres officielles en noir et blanc ne me poussent pas à leur faire confiance. 

Renseignements pris, c'est bien vrai.

Il faut en tenir compte.

Du côté de la gamme automobile, il ne s'agit pas plus que pour une autre d'une excessive philanthropie, mais de se mettre à couvert. Vu le nombre de personnes, de familles concernées, il s'agit de se mettre dans les rangs de la loi et d'engager un trou dans la comptabilité de Citroën en photocopies à envoyer aux victimes potentielles. 600 000 voitures éventuellement touchées sur certaines années dans laquelle bien sûr, celle que je conduis en bon Donald que je suis s'inscrit, ça fait beaucoup.

Des ''rappels massifs'' ont ainsi été envoyés. On ne peut nier que ce soit le terme idoine.

 

 

L'impériosité peut être l'auxiliaire du rire et se faire le jeu de ce dont elle souhaite prévenir : le danger.

Ou, a contrario, tétaniser.

J'avais déjà commencé à y croire. Hier, après discussion avec un averti, j'ai pris les choses encore plus au sérieux. Mais il y a eu un temps (quelques jours) d'hilarité sporadique personnelle.

 

 

Ce qui m'y a pas aidé est ce flash fictionnel : je m'imaginais par ce courrier comme perçue influençable, d'un esprit un peu paillasson. La scène se déroulait comme une BD. moi en volant.

Je sors, fourrant dans mon sac le courrier que je n'ai pas eu le temps de lire, comptant sur les bouchons pour en avoir l'occasion. On ne peut pas toujours se détendre, ce serait trop facile.

 

Ca y est. Il y en a pour un moment, il promet bouchon-là. Je prends la lettre ouverte. Alors que je la lis, ma main arrête automatiquement l'autoradio. Je relis, bouche bée.

Je la referme pour regarder le rétro. Il y a un vacarme derrière moi ! Les klaxons aboient furieusement. Les avant-bras sortent des voitures.

Un homme s'avance : « mais ça va durer longtemps ? Vous voyez pas que vous bloquez la circulation ! On s'est déjà assez fait ch... à attendre que ca redémarre. Quoi ? Il n'y a personne devant vous.

- Mais je ne peux pas.

- Quoi, vous pouvez pas, vous pouvez pas !

- Non. Je ne peux pas. Prenez sur la gauche, la droite, moi je ne peux pas.

- MAIS IL N'Y A PAS DE PLACE A DROITE COMME A GAUCHE (si c'était vrai, il m'aurait déjà insultée et j'aurais déjà rétorqué)

- Regardez donc ! (mains tremblantes) 

Le type prend la feuille et lit :

 

« Par ce communiqué de sécurité, nous vous contactons pour vous informer que votre véhicule C3 est équipé d'airbags fabriqués par la marque Takata. Les produits chimiques contenus dans ces airbags peuvent se détériorer au fil du temps. exposant le conducteur et le passager à un risque de rupture de l'airbag avec trop de force en cas de collision, susceptibles de provoquer des blessures graves, voire mortelles.

Pour cette raison, Citroën vous demande de cesser immédiatement de conduire votre véhicule »

 

 

Si l'histoire et son contexte est fausse, le contenu de la lettre est intégralement véridique. ''IMMEDIATEMENT'' avait été la cause, lors de la lecture dans la vraie vie de mon rire, à gorge déployée. «Immédiatement, mais que fait-on ? On lâche tout ? On fait du surplace ? Ca n'a pas de sens ! » avais-je observé sans chercher à en savoir plus sur presque 1 semaine. 

Suivent les recommandations pour résoudre le problème.

Malgré l'affection que j'ai pour Citroën, peut-être faudrait-il revoir leur service de communication. D'autant plus que le ''souci'' daterait de 2014 ! 10 ans ! Takata a déposé le bilan entre-temps.

 

 

Mon ironie a disparu en prenant connaissance du risque de se prendre des éclats de métal en pleine poire, ou thorax pour atterrir aux urgences dans l'état d'un malheureux Poilu de 14 et faire courir le risque au passager, merci.

Le SUD de la France, je ne sais pourquoi, est plus atteint.

Le problème étant que nous risquons fort d'engorger les garages des concessionnaires et d'attendre encore un peu d'être en sécurité. Les voitures de prêt par voie de conséquence ne doivent pas être faciles d'accès, pris Dassault.

D'assaut.

Pour ceux qui ont acheté une C3 d'occasion, il s'agit de vérifier s'ils figurent dans ces catégories.

 

Enfin le covid ramolli (ça c'est la bonne nouvelle), les airbags, moi je trouve qu'on se marre bien.

Les photocopies ne vont pas constituer le pire dans la comptabilité de Citroën. Changer 1 airbag, mais en changer autant par paire. Ouh là !

 

Sinon, j'ai une blague mais ça ferait trop. Je vous laisse récupérer. Moi de même.

!!

 

 

« Mesdames et Messieurs, nous approchons une zone de turbulence et nous risquons d’être secoués. Pour votre confort et votre sécurité, nous vous demandons de rester assis et d’attacher vos ceintures. Merci de votre compréhension ». 

 

 

                                             Corine

Je ne sais pas si j'ai fait des fautes, ou même laisserai pas réflexion sur le covid qui n'en vaut pas vraiment la peine, je me relirai.



24/05/2024
0 Poster un commentaire

Humour André Gide

Humour André GIDE mis en forme2.jpg


30/04/2024
0 Poster un commentaire

AVIS PROVISOIRE pour info

Billet du jour bonjour, 

 

Petit à petit, je vais me mettre à jour sur mon énorme retard. 

 

Mes réponses, je vous prie de m'en excuser, vont connaître ainsi un délai gigantesque. Je remercie pourtant chaque fois sincèrement ceux qui prennent le temps de m'adresser des commentaires - ce qui ne correspond pas à l'allure graphique, plus élevée, des visites, signant le cadeau de cette démarche de déposer des avis, donc MERCI. Recevoir est toujours agréable.

 

Il existe aussi un souci technique dans la présentation et la visibilité des échanges que je vais m'employer à corriger (dont la raison tient aux changements multiples que j'ai opérés de fond de blog)

 

 

                                         Corine


11/04/2024
0 Poster un commentaire

De ces titres sans date de péremption, merci à Maë

 

 

Pour l'instant, je ne mets que cette musique que j'adore, sans parole. Enfin si !

Je peux éparpiller mes choix de livres aux 4 vents de mes envies, de ma sympathie pour l'auteur, selon les brises de mon moral.

Pour la musique, je suis fidèle, non par principe, mais parce que j'ai eu toutes les raisons de l'être et pour ce qu'il en est des inconnus, mon oreille se tend en tout autonomie. Il y a longtemps que je ne suis plus abonnée au journaux de rock, mais j'ai toujours été ouverte aux surprises.

Entend-on beaucoup plus Alister ?

 

 

Par bonheur, Stromaë a bluffé et ne nous est jamais sorti de l'esprit. Je pense qu'on fera un recueil de certaines de ces chansons, de vrais poèmes.

Quant à sa musique, à part en citant, par défaut, le nom de celles dont elle porte les traces, j'ignore si elle a un nom. Elle est Stromaëinne, tout simplement.

 

 

C'est ainsi que je suis congelée de consternation que l'on se soit contenté de mettre en avant, sur 10 ans, seulement 3 tubes d'un album qui regorge de titres cuisinés à des ingrédients qu'on ne connaissait pas encore à cette sauce !

C'est bien beau, moi aussi j'aime beaucoup ''Formidable',' ''Alors on danse'', ''Papaoutai'' (surtout les deux premiers), mais c'est ainsi que j'écoutai avant-hier pour la première fois un titre âgé de 10 ans. Une chance : il n'a pas pris la grippe de l'âge de raison, ni n'a vieilli.

Je ne compte plus mes stupéfactions mais cela fait donc 10 ans que nous connaissons ce poupon belge à l'originalité et à l'intelligence remarquables et remarquées ! Une certitude - il y en a si peu : on ne lui permettra jamais de chanter ''Beau et con à la fois''! Merci à Stromaë, à l'artiste qu'il est, à ses capacités élastiques, ses sons composites, aux ambiances aussi vastes, à son franc parler.

Je me frigorifie tout autant de ne pas avoir à acheté l'album, tout au moins à l'époque.

 

mae - merci (Audio) - YouTube

 

 

 

 

Eblouissant comme je le formulais piteusement il y a 1 misérable jour : on peut penser à du Moby en plus terrien, comme d'ailleurs, des points (cardinaux ?) qui se répondent, je n'en sais rien, mais c'est vraiment génial, joyeux, les oreilles aux aguets de reconnaître les sons, savoir où l'on est, où on va, mais nulle part et partout !  Une musique qui referme ses bras sur le monde. 

Ils ne pourraient pas moins se ressembler, mais il ne m'est pas possible de ne pas danser sur cette chanson, comme c'est le cas sur Poni Hoax/Nicolas Ker.

 

 

 

                                                   Corine

 

 

 

De l'album ''Racine carrée'' en ce qui me concerne, j'aurais bien du mal à numéroter par ordre de préférence. Le mien représente le nombre de fois, approximativement, où j'ai écouté ces titres :

* (''Formidable'', comme déjà dit et évident)

* ''Carmen'' 

* ''Ave Cesaria''

* ''Quand c'est ?''' un sujet extrêmement délicat à traiter dans cette lettre frontale au cancer, pas un faux pas. Une chanson séduisante, une musique délicieuse (je parlais cuisine !) sur un sujet terrible, il fallait le faire.

* ''Humain à l'eau'' 

* 'Batard'' 

* '' Tous les mêmes"

 

 

 

Et cet humour qui est bien le sien, même si le sujet est brûlant. Le ton n'est pas plus calme (et encore que lors de la sortie de l'album, comme symptômes d'asphyxie du monde, nous étions encore privés du covid ! Youpi ! Quelle belle rencontre Incertain pendant laquelle on a roulé par terre de rire, les jambes repliées en fœtus 24 h/24 en avant, en arrière.

Une hernie hiatale d'hilarité qu'on s'est fait), 

Mais revenons-en à Stromaë et prenons les choses dans l'ordre, ou à peu près :

 

 

 

  

 Egalement très bien entouré pour les effets spéciaux. 


28/03/2024
0 Poster un commentaire

Une frêle beauté, lien.

 

 

        Si on va par là, si l'on compte sur le fait que j'ai annoncé de l'humour, je nous emmène ici un peu hors sujet !

J'ai bien quelques pistes personnelles, mais je ne sais moi-même pas à l'avance l'envie qui va l'emporter sur l'autre en moi.

 

Il y a quelque temps, j'ai découvert ''La Marche à l'amour'' de Gaston Miron joué, plus que récité avec grand talent.  Je l'ai réécouté plusieurs fois, comme toujours quand j'aime quelque chose.

J'ai mis un peu de temps avant de voir que''Babx" est le récitant.

 

 

 

 

Cette marche se range parmi les plus réussies que je connaisse. J'ai été saisie. Terrible, d'ailleurs, comme le désespoir est souvent beau, bien que l'on puisse avoir la faiblesse de ne souhaiter ni le regarder, ni l'écouter. Beau ne signifie pas systématiquement séduisant.

Sur le réseau où je l'ai proposé, certaine qu'il toucherait, il n'a pas soulevé de réaction. Y figurent pourtant des artistes, des êtres sensibles. 

Eh non ! Surpris  Trop long, peut-être ? Bon, bien sûr, cela fait 10 minutes. Mais pour moi/les autres aussi, cela fait 10 minutes !!!

Ce cheminement de l'auteur n'est pas optimiste, mais une telle expression ne se refuse pas. Oh, comme je suis prosélyte ! (sur le sujet, on le sait bien, quoique la musique passe encore avant).

 

J'ai toutefois cherché ce que signifie le mot fardoche ! Fardoche : broussailles qui poussent dans les sous-bois et les terrains incultes.Une fois élevée de plusieurs pieds dans ma culture par ce renseignement, battant des ailes avec ardeur, j'ai réécouté une première fois pour mieux comprendre la phrase.

 

 

Je réitère cette transmission ici, même si heureusement, la reconnaissance ne m'a pas attendue. Je reprends autrement, car c'est supérieur à bien des chansons, ou poèmes.

Si le québécois Gaston Miron est né avant les années 30 (1928) et décédé en 1996, je défie quiconque de penser que c'est has been ! 

 

 

 

Extrait de ce personnage, « épave de dérision, ballon d'indécence, pitre aux larmes d'étincelles et de lésions profondes (…) concasseur de désespoir »

 

 

 

 

« Tu viendras, tout ensoleillée d'existence »....

 

 

 

 

« Je finirai bien par te rencontrer quelque part, Bon Dieu

 

et contre tout ce qui me rend absent et douloureux

 

par le mince regard qui me reste au fond du froid,

 

j'affirme, ô mon amour, que tu existes

 

je corrige notre vie. »

 

(…)

 

 

 

 

 

« Frappe l'air et le feu de mes soifs

 

coule-moi dans tes mains de ciel et de soie

 

la tête la première pour ne plus revenir

 

si ce n'est pour remonter debout à ton flanc

 

nouveau venu de l'amour du monde »

 

(…)

 

 

 

 

 

« Tu es belle de tout l'avenir épargné

 

d'une frêle beauté, d'une frêle beauté, soleilleuse contre l'ombre  »

 

 

Je n'ai mis que de très courts morceaux, les mots sont la plus belle musique de ce poème, tout est fort, condensé, tandis que l'homme titube, ou galope. Dix minutes qui nécessitent de se concentrer (c'est bien le genre d'exception qui, toute bavarde que je suis, me fait ployer sous l'impératif que je m'impose au silence).

 

 

 


 

 

 

 

Je pourrais en rajouter dans ce que j'aime, tel que, au début : 

 

« je te prendrai marcheur d'un pays d'haleine
à bout de misères et à bout de démesures
je veux te faire aimer la vie notre vie (...)

 

 

 

« un regard entretenu de sources cachées (...) »

 

 

 


« tes grands yeux qui voient beaucoup de cortèges
les chevaux de bois de tes rires
tes yeux de paille et d'or
seront toujours au fond de mon coeur
et ils traverseront les siècles.
 »

 

  

Vooooouf ! Mais si vous avez écouté (pourquoi je doute ? Pourquoi douté-je Pied de nez que tous ne le fassent pas ?), vous vous en être déjà rendu compte par vous-mêmes. Dix minutes, on peut avoir l'envie de décrocher mais ce serait dommage. 

 

(...) « le rouet des écheveaux de mon espoir
tu es ma réconciliation batailleuse »

 

Non, n'en disons pas plus, soyons raisonnables, mes amis  :D 

 

 

                                                                                 Corine

 

 

 

 PS : il faudra quand même que je réactive toutes les fonctions de ce blog, dont les commentaires, mais je n'ai toujours pas répondu aux précédents qui datent de... C'en est gênant, ou comique. Il arrive, sur Youtube par exemple, que l'on me réponde soit tout de suite, soit des jours, ou des mois après, alors que j'ai oublié le sujet et que je doive relire mon commentaire pour comprendre ;-)  ) 

 

 


23/03/2024
0 Poster un commentaire

Légendaire vérité

 

J'ai trouvé cette légende fortuitement (auteur inconnu), mais ne l'ai pas aimée par hasard.

A ENCADRER ❤️:


La légende raconte qu'un jour la vérité et le mensonge se croisèrent.
- Bonjour, dit le mensonge.
- Bonjour, répondit la vérité.
- Belle journée ! dit le mensonge.


Alors la vérité se pencha pour vérifier si c'était le cas. Ca l'était.
- Belle journée, répondit alors la vérité.
- Le lac est encore plus beau, dit le mensonge.


Alors la vérité observa le lac et vit que le mensonge disait ce qu'elle aurait dit. Elle hocha la tête. Le mensonge courut vers l'eau et dit :
- L'eau est encore plus belle. Nageons.


La vérité toucha l'eau du bout des doigts et se rendit compte du fait que l'eau était réellement bonne et à partir de là, elle eut confiance en le mensonge.

Les deux enlevèrent leurs vêtements et nagèrent sereinement.
Quelques temps après, le mensonge sortit, s'habilla avec les vêtements de la vérité et s'en alla.
La vérité, incapable de s'habiller avec les vêtements du mensonge (souvent gros, pourtant, dirais-je), commença à marcher sans habits et tout le monde s'horrifia alors en la voyant.

C'est ainsi que depuis, des individus préfèrent accepter le mensonge déguisé en vérité à la vérité nue.

 


14/03/2024
0 Poster un commentaire

Entre chauve-souris et araponga !

 
 
Vous n'avez rien entendu, de là où vous vous trouvez ? 
Rien ? Vous êtes loin ? Etranger ? Ah, c'est ça ! Tant mieux pour vous.
Vous êtes sur le blog d'une personne qui, ce soir, a côtoyé le volume d'un araponga.
 
 
PLAP ! COUP DE GUEULE DE LA PLUS HAUTE IMPORTANCE (ben si, voyons!)
S'il n'était pas mort - je pèse mes mots - l'inventeur de la cabine photographique dite photomaton devrait être fusillé. C'est pas des choses à faire, des têtes pareilles ! (évidemment, tout n'est pas à prendre au pied de la lettre Innocent).
Des photos d'identité, je n'en ai obtenu qu'une ou 2 réussie(s) (à mon goût) de toute ma vie - pas mieux chez un photographe.
Aussi, j'ai contourné cette douloureuse obligation autant que le droit et l'Administration nous y autorisent.
Fin 2023, février 2024 : 2 rappels à l'ordre. Ok. Les pieds crispés au fond de mes chaussettes(*) en raison du bout du but, j'ai été EXPRES (et c'est pas la porte à côté) me faire recoiffer il y a 3 jours (une C.N.I, pour dire les choses dans les formes contemporaines, quand même, ça impressionne, ça n'est pas n'importe quoi). Entre fours et réussites, je n'ai jamais fréquenté autant de salons que ces dernières années.
C'est réussi et ça a tenu, je suis capillairement tout à fait prête, pomponnée, muette (il faut s'entraîner) et bien que le tronc soit de facto invisible à l'image, j'ai mis le pull noir à dessin colorés géométriques que j'aime bien. Ça réconforte, cette part de choix.
 
Mais mon cerveau peu de temps apaisé me somme déjà d'envisager que rien n'empêcherait de devoir obtempérer un jour très prochain (rien ne peut le prédire) à la célèbre injonction de :

« PApIers du véhiCUle, carte d'idINtité, MaDaM' » et ça gâche un peu l'embellie.

Moi ? Sans cœur ! Esprit terre-à-terre ! Alors que je m'embarque pour le début d'une décennie. Avec le courage que cela comporte au moment présent (sanglots, épaules secouées). 

 

 

Rigolant Non, non, je refuse d'y penser. Les yeux secs, ce 19/02/24, je suis assise sur le tabouret sous la voix (automatique colle bien avec photomaton), tonitruante. que même la génération d'Edgar Morin Bisou (bisou respectueux, mais il n'y a pas 36 icônes) entendrait comme au jour de ses 20 ans, la voix donc qui me conseille pour ce super shooting décennal :
* ''les yeux ouverts, bien ouverts,
* bien en face",
(pas de chewing-gum ? Elle m'a montré par son programme, la clémence de son calcul d'estimer que j'y ai pensé. A moins que ça ne soit pas intégré dans ses circuits, la question chewing gum. Il n'est plus en vogue. On se demande pourquoi, encore, ça. Il paraît que cela favorise le bruxisme. Moi, je dis, que ça détend bien pendant un bon moment. Rentable. Après on s'étonnera que les Français soient toujours sur les nerfs. Interdiction de fumer, interdiction de boire, chewing périmé. De toute façon bruxisme ou pas, quitte à grincer des dents, autant se faire plaisir. Mais je me suis encore laissé aller à des digressions intempestives).
* "cheveux du haut du visage écartés "
* "pas sourire, pas bouger !"
* Centrée ? Centrée !
 
Zipppp !
Ouhhhhhhararf !!! J'aurais pas su que c'était moi, je ne me serais pas reconnue. Une identité ? CA ! A une époque de retouches, à une époque de selfies... Quelle barbarie. J'ai des cernes, mais pas comme ça. Elles sont sculptées par cette lumière chafouine, celles-ci ! Je rentre à la maisoooonnEn pleurs (icônes pleurs-rire délire, il faut pousser + loin que ce que vous voyez !). La caméra de mon PC par laquelle, en dépit d'aimables récriminations, j'ai voulu ME vérifier, MOI, m'a confirmé, malgré son peu de souplesse, qu'il s'agissait bien de moi (c'est vrai, c'est vache, les caméras de PC où on a l'air d'être presque aussi déformés qu'en se regardant dans une cuillère !Rigolant
L'être devant l'écran est bien moi-même. Enchantée, merci (non mais ça rend fou). Je ne me serais pas abusée depuis des années, dites donc.
 
La photo d'identité, ça doit égaler un, un, un abcès dentaire compliqué ! Voilà à quoi ça ressemble !
 
10 ans à montrer ça ? Sans un sourire, avec la tête d'un légionnaire, que l'on remet, en bonne entorse à la règle, aux mains de la justice ?
 
Et 1 ordonnance d'antidépresseur et une ! ENVOYEZ !
 

Blâme supplémentaire : fixer c'est bien beau, mais j'ai l'air d'une droguée sur leur bazar !! Il y a fixer et fixer ! Ca m'en hirsutise ! Ca fait bien, à la mairie, pour les papiers qu'on aime tant en France. Ô Pied de nez combien de Cerfa, combien de PDF, non,Incertain de formulaires (ou carnets, ou justificatifs, ou attestations, vous remplacez moralement par ce que vous voulez :-) ) nous ont conduits, fébriles, vers des courses lointaines. Eh oui !

 

Je me suis vengée sur un punch au dîner. On va refaire tout ça !

 

 

                                                                                                           Corine

 

 

 

  

 (*) vous imaginez bien que tout est vrai, surtout les chaussettes  ! En fait, si, tout sauf les chaussettes !

 

 

 

Je n'aurais peut-être pas dû garder le manteau. Enfin, voilà des photos bien parlantes !Rigolant Même très atténuées, j'ai quand même l'air d'un chien battu !

C.I Coco le 20.02.24 lumière fantôme.jpg

  

  PS 23/02/24 j'ai bien fait de ne pas m'en tenir à cet air-là et de la refaire depuis. De toute façon, il n'y avait pas le choix ! Notons que cette inquiétude est quelque peu stupide, puisque le ''R'' et le ''F'' de notre République se plaquent toujours sur des morceaux de nos faces plastifiées.


20/02/2024
0 Poster un commentaire

Enregistrement ''Alchimie du Verbe'' d'Une Saison en Enfer d'A. Rimbaud (extrait)

 

 

J'ajoute ''perso.'' parce qu'à une reprise, ici (les gens sont pour certains distraits d'une façon différente de la mienne), alors que j'avais titré ma page "réflexions personnelles'", une blogueuse lectrice m'a posé la surprenante question consistant à savoir si elles étaient de moi ! Rigolant 

 

 

 

Quand Rimbaud relate, lui, si jeune, conscient de tout, se rendait nécessairement compte qu'il faisait un rapport des choses, dont celui de sa vie, comme s'il avait dépassé le cours de celle-ci, comme un ancêtre derrière un corridor, déjà au-dessus du sol, ou grattant lui aussi depuis l'outre-tombe, toujours, direct mais détaché par la force du terme.

Avant de regretter dans ce temps noyé que l'on « marche dans le soleil » à sa place.

 

De Rimbe à Rimbaud, l'inoubliable qui croyait effacer ses traces.

Je lui souhaite de flotter sur ces siècles purs, qui ne se comptent plus, ces siècles éthernels sans consistance encombrante et où l'on ne cherche plus.

 

 

 

 

 

Un clic simplement sur ce lien : 

 

Alchimie du verbe "Une Saison en Enfer'' Arthur Rimbaud - YouTube

Je verrais plutôt le ''i'' en vert, moi, mais il n'y a qu'un Rimbaud.

 

 

 

A revoir pour la présentation. Bien que plusieurs illustrations déconcentreraient des réflexions d'Arthur Rimbaud, une couleur au moins ne serait pas de trop.

J'ai au moins illustré la vidéo d'un de mes graphismes et il fallait bien qu'un jour je l'imagine à ma façon sourire ! (pas de place laissée, jamais, à l'I.A de mon côté. Avec tout ce que j'en ai dit et publié, j'en reparlerai forcément.

Viendront en priorité des sujets humoristiques, des sujets humains, de préférence à cette sombre diablesse artificielle).

 

 

 

 Rimbaud HEUREUX DENTS + naturelles.jpg

 

PS : j'ai retouché les dents, la version que j'en avais laissée jusqu'à ce 08/04 ressemblant plus, à la réflexion, à la denture d'un présentateur de télé, + blanc que blanc et trop droites ! Après tout, il est très mignon comme ça, plus naturel dans son artifice. Il fallait sourire, Rimbaud, encore une fois, ne rien faire comme tout le monde à l'époque, ainsi que vous le faisiez toujours !

Après tout, qui nous dit que bien qu'existant déjà, Rimbaud utilisait la brosse à dents matin, midi et soir ? Rigolant Et le tabac, la drogue, l'alcool ? Ca pourrait être crédible, cette couleur ! (j'ai été gentille, je n'ai pas ajouté une once de gris).

 


22/01/2024
0 Poster un commentaire

Till

  J'adore et quel son !

 

 

 

Si loin du mignon dans le fond et la forme de "Love you till Tuesday" (1967).

 

 

 

 

Un dernier album, une voix impressionnante de beauté. Un texte plein d'insinuations et de racines, obscur, dense et comme je le penserai toujours qui pousse très souvent à chercher en soi après avoir pensé commencer à comprendre, bien plus que jamais. 

Je vais aller plus loin où la charté des obscurités menaçantes m'attend.

Je n'ai jamais pu acheter cet album (en 8 ans) malgré ce qu'il représente, dont je ne connais que ''Black Star'' et ''Lazarus''.

Ca viendra peut-être. 

Cela n'empêche pas de remarquer que ''Girl loves me'' ne pourrait s'entendre ((au sens propre)) sur nul autre album.

 

 

Ca ne pouvait être pittoresque, ce fut pictural.

C'est étrange, ce texte me fait moins peur que le LP. L'apaisement singulier, entre deux sensations, d'entendre redésignés le cynisme et sa mécanique (?) dans des questions universelles, drames insolents, impitoyables jusqu'au dernier souffle. La dernière peinture sous la peinture, cachée pour être trouvée.  Je le sens, mais ne le sais pas encore.

 

 

Il se peut que la vie soit faite pour être scandée sur des changements de tons.

 

                                                                             Corine

 

 

 

 

 

 


11/01/2024
0 Poster un commentaire

Without pleasure

 

C'est sans plaisir que j'écris cette page. C'est comme un devoir, un dû dont je ressens qu'il ne va pas être correctement acquitté, c'est donc plutôt stupide.

Pour ce jour d'anniversaire, j'ai fait un petit montage (plus précisément un reel !) que techniquement je ne peux pas mettre ici (rien d’impérissable, le découragement, sang de la tristesse, ne m'aidant pas) avec pour hashtag le nom d'un album. ''Heathen'' un de ceux que j'ai aimé énormément depuis le début de ce fichu siècle.

 

 

En ce jour d’anniversaire, celui de David-Robert Jones (alias David Bowie), j'efface les colères que j'étais en train de couchesur le papier sur le drap de l'écran, comme elles venaient. Je les ai déjà évoquées (brièvement). Que de récupérations épuisantes... Je supportais mal après 2016, mais plus du tout désormais de ne pas choisir quand je l'entends. Je n'avais avant ce jour fatal pas à m'arrêter sur quoi que ce soit - ça aurait été avec grand plaisir. Je ne l'entendais à 99,5 % que chez moi (ou il faut croire que j'étais malchanceuse aussi pour les fréquences radio !). Je n'ai pas manqué de remarquer la hausse des prix pour tout ce qui concerne, à peine s'était-il envolé, ce bel oiseau bleu.

 

Les pubs sont désagréables à mes oreilles, puisqu'il n'en a rien décidé. Ca n'est pas à l'ordre du jour, mais je pourrais ajouter que celle où la voix de Janis Joplin est utilisée m'exaspère autant. Le monde bobo et les risques pris quand on vit vraiment le rock sont 2 inconciliables (que je ne vis pas non plus !). Peut-être, qu'elle, pourrait en rire. Janis Joplin ne fait pas bon ménage dans mon esprit avec le confort.

 

J'aimais énormément la publicité de Vittel, mais les paramètres principaux ont définitivement changé.

 

 

Je me suis rendue, il y a fort peu de temps, à une vente de vinyles d'occasion. Je venais d'entrer et tombai sur la pochette de ''Hunky Dory'' placée en hauteur comme on dispose les marchandises les plus colorées pour appâter le client, ou les mains les mieux vernies pour vanter une crème de soin manucure.

Exposé en tant que valeur sûre. Ben, je veux !

Je regardais cette pochette en me disant que je ne m'en serais jamais séparé, fût-il mort ou vif (quelle vilaine expression). Je repensais à mes 14 ans, 1 an après le début de ma fébrilité à connaître l'univers qu'il créait et fabriquait dans ma tête, et revoyais mon bonheur, mon jardin musical.

Un mec n'a pas compris la raison de mon attention et m'a demandé de sa voix commerciale s'il pouvait m'aider. Ce à quoi j'ai répondu sobrement par la négative. Tout en susceptibilité et prétention, sa mini-cravate rejetée, il me répondit le fort humoristique et sophistiqué : «  non, parce que comme c'est MON stand ! ». Il lui manquait les petites totos à côté pour faire vrom-vroum.

Il s'est retourné Incertain avant que j'aie terminé ma courte réponse. J'ai foudroyé le dos et la face du snob du regard, puis j'ai continué mon chemin où j'ai retrouvé la même tendance presque partout, l'agressivité (et mon inaffabilité en retour) en moins. Il est là, là, là, là. Elles ne sont pas recollées comme certaines des miennes, toujours prête que j'étais à me précipiter, avant le lycée (avant d'apprendre à me discipliner quelque peu).

La conscience de notre finitude, le compte des années nous astreint à un mot ''long-temps". Trop court. 

M....mince, encore une indignation.

 

Il y a une chose dont je suis sûre : de l'éternité du chagrin, pour ceux qui sont partis, du manque. 

David Bowie est plus présent que jamais dans l’atmosphère, mais je me rapporte à sa vie et non à la notoriété ou à la reconnaissance. L'angoisse que je ressens ne se calme pas. C'est probablement idiot, car on n'est pas de plus en plus mort avec les années. J'ai bien peur que ce soit la seule assurance dans l'affaire.

Le profond malaise que les moments de son existence s'éloignent... L’âme de La Palisse planerait-elle à l'heure qu'il est ? Je ne peux pas faire autrement. Personne n'en a rien à faire de mes états en cela, sauf moi qui suis une de ceux qu'ils submergent (''ceux'' : je sais qu'ils existent, mais je n'en connais pas d'autre et puis à quoi cela nous avancerait-il ?). J'aimerais oublier ce que je sais, très souvent. J'aimerais oublier ce que je n'ai jamais voulu entendre, jamais voulu savoir.

 

Je n'ai rien de beau à dire alors que les mots s'alignent, chacun hypnotisé par le dos du précédent, bien qu'ils aient un sens et un cœur. Mes larmes ne sont pas bleues, ni belles, elles n'ont pas de sourire dignement blessé. Elles n'ont que la justesse de la vérité.

Elles n'ont pas d'anniversaire.

 

 

A la fin des années 90, alors qu'il fêtait ses 50 ans, bien entendu, on lui avançait son âge sur un plateau de questions avariées. Ce à quoi il répondit : « Ce sont les intérêts communs qui établissent les connexions entre les gens, pas leur âge. Je ne me suis jamais dit il faut absolument que je rencontre ce type, car il est né lui aussi en 1947 ! »

                                                                                 !!!! Rigolant

 

De ce qui reste inchangé, depuis 2016, est que seul David Bowie arrive à me faire rire au sujet de lui-même ; je ne me suis rien imposé, c'est comme ça et j'ai laissé faire, pour une fois, moi la rebelle, dit-on. Je n'ai plus eu de malice, ce n'était plus drôle.

Je serai toujours désolée de n'être pas née plus tôt pour tant de raisons, dont celle de ne pas l'avoir connu encore plus longtemps et de ne pas avoir eu l'âge de voir le spectacle de Ziggy Stardust en direct.

 

 

La première page de ce blog était du même ton sur la réalité, dents serrées, mais elle ne montrait pas grand chose de ce que je ressentais. Un ''dripping'' de mots aux couleurs de références.

Je ne sais même pas si l'on comprend le sens d'une station vers une autre, dont je me souviens avoir parlé (il n'était pas question de zapper d'un état émotionnel à un autre, ou de le pouvoir) était un de ces rappels (cf.  ''Station to Station'') mais être limpide n'était pas mon but premier. Cette page était pourtant une révérence à mots étranglés, couverts. Je n'ai jamais aimé être claire à son propos. Je me souviens du dernier chapitre de mes ''Etoiles''.

Comme il est loin le temps où j'écrivais sur Cocopasserelle ''Mon pélerinage du 08 janvier.''

Aucun train en attente.

Zapper, oublier son nom ? Seul un Alzheimer le pourrait. Et encore. Le joli dans l'histoire est que les personnes qui en sont atteintes oublient au plus tard les chansons qui les ont accompagnées et ont marqué leur vie. Les chansons sont de véritables empreintes psychiques, des tatouages sans piqûre. (*)

101 ans :

- Alors vous venez Mémé Corine ? Surpris

- They pulled in just behind the fridge he lays her down, he frowns : "gee, my life's a funny thing ! Am I still too young ?" ! (''Young Americans")

 

 

J'envoie toujours l'ordre des choses au même endroit, voir ailleurs si j'y suis. J'y, on.

Il est toujours difficile de vivre « malgré ». Combien de malgré. Ce n'était pas un siècle à fréquenter.

 

Pour insérer ce que je souhaiterais, il faudrait se réatteler à la complète réactivation de ce blog. Je ne peux toujours pas. Je n'aime pourtant pas les pubs (encore !!! Je dois avoir un problème !) qui le polluent.

 

 

Disponible comme, selon son expression prémonitoire, l'eau du robinet sur YouTube, ''Wood Jackson'' que j'ai ré-ré-ré-(sol si ré !) écouté je ne sais combien de fois depuis hier. C'est comme vous voulez :-). Moi j'aime particulièrement et c'est une chanson sensible.

 


 

 

 

 

L'hyperactif Rimbaud avait pour coutume de dire « je m'ennuie, quel ennui ! JAMAIS PERSONNE ne s'est ennuyé autant que moi » (le problème était sûrement plus vaste, mais sa façon de le dire si fréquemment avec persuasion a quelque chose de comique). Je dirais quant à moi « je suis fatiguée » du cafard. C'est un animal qui aime l'humidité, il faut donc sécher ses joues devant lui pour qu'il n'en attire pas d'autres. Il ne m'a jamais attirée, mais il sait manœuvrer.

Il n'y aucune place pour le théâtre dans le mouvement des sentiments.

 

 

                                                                                                      Corine 

 

 

 

 

(*) Ce que je dis est incomplet, car j'ai le souvenir de cette danseuse qui, belle dame âgée, atteinte d'un Alzheimer, se souvenait de ses gestes dans le Lac des Cygnes. A pleurer, mais magnifique.

 

 

 

 

 

PS  DB a better future 08.01.24.jpg

 


08/01/2024
0 Poster un commentaire