Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

Un monde fait de tous

fusion nature éléphan3.jpg

 

 

 

 

 

Eh bien, écoutez, c'est l'été et il est urgent de se détendre !

Par conséquent, pour un peu d'austérité, Mrs Gabrielle Solis et son époux Carlos ("Desperate Housewifes") ci-dessous se dévouent sous mes magouilles.

 

 

 

 

 

                             Carlos et gaby Médaillon blog .jpg

 

 

 

 

 Carlos et Gaby inversés recolorés top.jpg

 

 Après tout, qui portait la culotte à 90 % ? 

 

 

 

 

 

 

                        Gaby et Gaby.jpg Deux doses de narcissisme, une dose d'autoprotection ! Symbolisons. Cette série m'a tellement fait rire. 

 

 

 

 Je vous ai menti sans le savoir avec le scalp somatisé de la précédente page. Faute avouée est à moitié pardonnée !!! 

 

 

 

                                                                                   Corine

 

 


25/07/2021
0 Poster un commentaire

Ben fff... somatisation !

 

 

 

 

J'insiste avec mes bidouillages, avant de reprendre l'usage des mots !

Pas forcément esthétique, mais pas fait pour !

 

femme puis bigoudis 2 encadré.jpg

 

 

                                                                                      

Je vous souhaite de retrouver la sérénité que vous méritez (et moi aussi Rigolant) et de profiter de ce que l'été offre de plus beau. 

Je n'en dirai pas plus. On en entend tellement. 

Prenez soin de vous. 

 

  

                                                                                                            Corine


19/07/2021
4 Poster un commentaire

Elli perchée

 

Rien n'est jamais parfait - surtout quand on débute, mais il est si agréable d'essayer et de s'approcher de ce que l'on souhaitait faire. Les tentatives sont les maîtres des apprentis.

Je voyais l'année 2021 d'un si bon oeil que j'ai gardé cette carte de voeux. Je l'ai retrouvée aujourd'hui.

Un montage. Il n'y avait plus qu'à penser à des mélanges qui ne se sont pas fait prier pour se composer dans ma cervelle. Ne restait qu'à les recomposer de manière intelligible !

Comme j'aime beaucoup Elli Medeiros, il fallait bien qu'elle ait un rôle dans l'histoire :-)

 

 

Il est vraisemblable que sa chanson "Soulève-moi" que j'aime énormément me soit revenue en tête et m'ait donné cette idée (chanson proprement géniale dans l'écriture et l'interprétation. Au cas où vous iriez vérifier - ce en quoi vous auriez bien raison - et vous poseriez des questions - ce en quoi vous auriez tort Clin d'œil, je dirais qu'une chanson n'est pas un mode d'emploi à prendre au premier degré). Ce collage n'a de commun avec ''Soulève-moi'' que le verbe au sens strict. Il est cool, la chanson ne l'est pas !

 

 

 Ellie 15.07.21 OK transparence complète (bras).jpg

 

                     

 

 

Ellie BLUE 15.07.21 OK transparence complète (bras)2.jpg

 

J'en remets une couche, en hommage aux origines Punk ! Bien bleue, bien étoffée, presque rasta !

(la différence de position du cercle lumineux s'explique par le fait que j'ai beaucoup hésité sur la première version et en ai enregistré plusieurs. Il peut arriver que l'on s'acharne sur un détail, à ne pas savoir si c'est mieux, moins bien, puis si, puis non !). 

 

                                                                                                Corine 

 

 


09/07/2021
16 Poster un commentaire

Premiers fondus 2 types

 

Fantome dame signée (visible à l'écran) réduite.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Femme marchant de profil revue 2.png

 

 

Travail sur Photoshop avec lequel je débute mes bidouillages. 

 

  

 


28/06/2021
18 Poster un commentaire

Ouvrir la lumière, l'espace et les ombres.

 

 

 

Je vais juste rapporter quelques mots extraits de quelques pages (autant dire une tartine) et en ajouter un soupçon (enfin, un petit peu plus) au goût du jour.
Jad Wio, un groupe que je ne connaissais encore pas il y a quelques mois. 1, ou au plus, 2 titres : des chiffres un peu étroits sur une carrière aussi ample, un peu limite pour se permettre de dire

« ah ouais, ouais j'connais ! ». J'avais surtout gardé le souvenir de "l'Amour à la hâte" (évoqué ici) inoubliable autant pour la chanson que pour son clip ! Excellent, mais laissé sur place, sans plus d'indice pour chercher à en savoir plus en ce qui me concernait.

Je connaissais encore moins le nom de leur étrange inventeur-chanteur-compositeur-musicien, à savoir Denis Bortek. Un mec qui n'a, sans doute depuis sa naissance, jamais rien su faire à moitié, un artiste qui peut dormir sur ses deux oreilles : une accusation qui ne sera jamais portée contre lui sera celle d'être quelconque.
Je n'ai pas choisi "inventeur" par accident. 
S'ils ont laissé l'échelle de la notoriété de côté, ils n'ont cessé de grimper à celle de la virtuosité insolente, sexy, fantaisiste, terrienne et "sidérale", occulte, underground. Je pourrais ajouter "averti" si je me rapportais aux alertes écologiques de l'album éponyme "Bortek" sorti en 1997 dans une autre optique, que j'aime aussi. Car les membres du duo prirent chacun une voie pour des raisons qui les regardent, puis se réunirent, avec leurs guitares et leur boîte à rythme, occasionnellement rejoints par d'autres guitaristes, ou comme, par exemple, la fabuleuse chanteuse, elle aussi guitariste, Mona Soyoc en 2006 (voir ci-dessous). Les concept-albums sont un choix peu courant. Il va sans dire qu'ils en ont commis, avec maestria. 
Le plus pur des hasards m'a donc remise en présence de ce talent totalement hors normes. 
Je suis en état d'exploration depuis, d'un album à l'autre, dont chacun ne cesse de m'asseoir. Je n'en ai pour l'instant pas entendu un qui soit germain de l'autre. Je vais lentement, écoutant souvent plusieurs fois certaines chansons. 
Changer, ne pas se répéter. Ca me rappelle quelque chose, dans l'idée, de même que l'espace. Provocation et élégance. Pourtant si différents. 
Il n'est pas encore galvaudé, mais l'éclectisme est un mot plus utilisé qu'il n'est nécessaire.
Denis Bortek est un diable d'imagination, d'originalité, d'humour, de mélancolie. Combien de shows excentriques a-t-il menés ? Il n'est pas remonté à ma connaissance (modérément fournie) sur des échasses, ni n'est resté suspendu par un bras à une corde, a abandonné les perruques flashy, mais la magie est là, le costard ne change rien à l'affaire. Je n'ai évidemment vu aucun concert en direct, mais un écran est capable de me faire le cadeau de pouvoir m'en faire une idée. 
Je n'ai pas une fascination obsédante pour l'espace, je n'ai aucun goût pour le SM (un de leurs* thèmes de prédilection) and yet … je suis inconditionnelle de ce que j'écoute. Ce n'est pas pour autant que je me mettrai au sado-masochisme ! BisouRigolant Ils ne se cantonnent à rien. Une unité, un créateur, un duo, un groupe, des sujets, des inspirations et une griffe. J.W, Mr D And The Fangs, sont faits de plusieurs cosmos que D. Bortek a réformés et reformés dans un ordre personnel.
Agir, contempler l'espace, être en éveil prévient, entre autres, de tomber dans l'erreur de l'illusion du mouvement perpétuel. Je ne les connais pas, je pense seulement que s'il y a eu des trous dans les CV (qui n'en a pas ?), ils ne seront jamais à sec, un par un, ou deux par deux, ou +.

 

Jad Wio. Un nom qui ne signifie rien pour un groupe qui ne ressemble à personne. Un feu d'artifice et des guitares sur un escalator sans retour au départ. 
Je suis ravie de savoir où creuser pour satisfaire un appétit, sans en être rassasiée.
La musique galvanise plus loin encore la joie quand on est heureux et nous fait le cadeau d'elle-même lorsque l'on est vidé. C'est une came qu'il est “interdit de nous interdire”, pour le coup. Et quand on se prend des années de talent dans la tronche... No comment !
Vous pouvez commencer ce repas aux parfums d'empyrée (sidérale) et de quelques voluptueux enfers. L'art ne consiste-t-il pas à transformer, sublimer des obsessions en une ivresse ? (celle de l'artiste et celle de ceux qui la reçoivent et la partagent ? Ces derniers sont parfois les plus grands bénéficiaires de cette griserie, sur la durée).  
Ne pensez donc pas que si un premier choix vous plonge dans une gravité, l'humour n'existe pas sur leur planète. Le sieur Bortek déborde de jeux de mots et d'humour. J'ai parlé de guitare, mais j'ai oublié un instrument que Mr Bortek manie à la perfection : sa voix. 
Je ne suis qu'une amatrice, je laisse le reste aux spécialistes. Aurais-je été impresario, j'aurais fait un tapage d'enfer autour d'eux, jusqu'à ce qu'ils m'exécutent, épuisés de m'entendre ! Lol !

« A la une ce soir (da dam, roulement de tambour, un malheur arrive ! Comme le disait déjà Henry de Montherlant : « en annonçant de bonnes nouvelles, on se rend aimable. en en annonçant de mauvaises, on se rend important »), l'impensable coup de sang d'un groupe en pleine ascension. On n'en pouvait plus, ont-ils déclaré, le silence n'existait plus. L'enquête est en cours »

Je rigole, je ne me serais pas laissé faire. 

(bon, ben j'espère que son hasard à lui ne le fera jamais tomber sur ce court article - mais si, c'est court, voyonsRigolant, ce serait un radotage !!! Il n'y a aucune raison, on ne peut pas manquer de chance à ce point. Je n'ai pas mis le nom dans le titre. Le but est d'incliner votre attention vers le sujet et de laisser le message à ceux qui passent, postant ou non des commentaires. Ces artistes se débrouillent tout seuls, ils sont grands, mes moyens sur cette plateforme sont limités, mais après tout, il n'y a jamais trop de fous au club !). 
J'ai reçu. Je partage. Au plaisir de les écouter !
                                        Corine Cap
 
Un goût sûr dans la sobriété comme dans les excès. Une vie de musique et de sincérité, une expérience de vie imminente, éprouvée. 

(*) C'est selon : Bortek seul (qui écrit, quoi qu'il en soit), ou le groupe. Je préfère utiliser le pluriel, ce qui permet de ne pas laisser son condisciple Christophe KBye de côté. Il ne le mérite pas. 

25/06/2021
9 Poster un commentaire

Poussez la porte !

 
 
 
 
 
 
On va faire un peu plus gai dans un petit coin de page, alors que le soleil amène sa fraise chaque jour.  Autant en profiter ! 
 
 
 
 
 
      Je ne partage pas ce que l'on me dit, à moins d'en avertir, mais comme il se trouve que c'est une un sujet où je figurais, je m'y autorise (uniquement en ce qui concerne ma participation).
A une question que nous posait une amie, la drôle, idéaliste et farfelue Katia il y a quelques jours, grosso modo : « que souhaiterais-tu, par-dessus tout que tu n'as jamais encore eu ?», j'ai répondu par une pirouette (quoique ça ne m'aurait pas déplu, d'interviewer Iggy Pop, si on part dans le délire !).
 

 

    Mais cette question m'est revenue en tête ensuite, elle méritait que je rectifie. La seule réponse que j'aie retenue pour la partager - parmi celles auxquelles j'ai songé - susceptible d'amuser dans un gentil blasphème :
 
 
 
 
                                                          monter une librairie avec pour enseigne :
 
"Prenez et lisez-en tous, ceci sont mes pages, livrées pour vous".
 
 
 
  J'espère que Dieu a de l'humour. Sans quoi ça va s'allonger à la liste BisouInnocent. J'ai préféré "pages" à "mots", ça épargne  d'un caractère sentencieux.
 
 Voilà un rêve parmi d'autres, qui me ressemble. Faire rire est aussi un rêve en soi quand il n'est pas jaune.
 
 
 
 Et demain : "Corine, vous avez 2, 3, 4,... abonnés en moins " ?. Je n'y crois pas : les chatouilleux sont incompatibles avec mon blog. Les habitués savent faire la part des choses. Les autres apprendront, ou s'en retourneront. 
   
 
 
BONNE JOURNEE A TOUS Hip hip hip !!!!
 
 
                                                                 Corine

16/06/2021
9 Poster un commentaire

Un globe d'espérance

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque vœu reçu est une prière énoncée de bonheur. 

 

 

Il faut y croire autant que celui qui la prononce. Il conserve cette conviction dans ce qu'il a formé pour nous : un globe d'espérance.

 

 

 

 

Une étoile filante se consume. Ne la décevons pas, ne la laissons pas croire qu'elle nous est apparue pour que nous n'en fassions qu'une berlue.

 

Elles fileront, ces étoiles, à la chaleur d'une âme, peut-être celle d'un cher disparu(*) qui nous écoutera, de son passé accroché, jusqu'à notre présent et, sur cet arc parfait, un triomphe, celui de savoir espérer.

 

*

 

                                      Corine

 

 

 

 

 

 

(*) d'un cher disparu, d'une chère disparue, cela va de soi.

 

 

 


09/06/2021
10 Poster un commentaire

Haikus français (!) en pagaille

 

 

 

Dans un siècle où les banquises déchirent le coeur de les voir écartelées. 

 

 

La feuille blêmit

Enfantée d'une ombre

Que l'éclair foudroie

 

 

 &&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

 

Faux haïku :

La souris chauve

au son d'un anathème (2020)

pose sa tête

dans l'ombre des jours

 

 

 

Des clameurs-couperets

 

 

 

&&&&&&&

 

 

Etrange mythe

en fustigée coupable

le jour, un écueil.

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 
L'ours a glissé

Le sol fond, un chaud miroir

Son front se lève

 

 

&&&&&&&&&&&&

 

 

L'ère bascule

Assassins et victimes

L'immarcescible, perdu.

 

 

&&&&&&&&&&&&

 

 

"Espèces éteintes" :

Vocabulaire banal

Des billets dans les poches

De l'argent dans leurs têtes

Des billets kamikazes

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

Dans l'heure liquide

Des bras de cornaline

Ont soulevé la terre.

 

 
&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

Aigle bleu, ciel blanc

Ses yeux de matin pâle

Sur une eau amnésique.

 

 

 

                          Corine

 

 

 

 

 

Ps : La fonte de la banquise me plonge dans une rage folle. Il est impossible de l'admettre. Pas plus que l'abattage massif des arbres, pas plus que toutes les folies qui n'ont aucun humour. L'effet papillon devient bien laid, préférant les massacres aux créations. A ce sujet, l'envie de rire me quitte.

 

 

 

 


29/05/2021
25 Poster un commentaire

Petite réflexion météorologique :-)

 

 

 

 

                   Il flotte, il flotte, il flotte

           et pas un blanc mouton, dites donc. 

 

 

 

Comptant au nombre de nos plus proches voisins européens, l'Anglais cohabite depuis ses premiers jours avec la pluie. Depuis des siècles, son humeur, ainsi que son emploi du temps y sont accoutumés. La pluie est un détail qui entre dans les conversations, mais s'oublie aussitôt. Ce n'est pas pour autant qu'en congés, le Britannique n'ira pas à tire-d'aile chercher le soleil.

Le parapluie de l'Anglais est aussi banal que sa montre, ou le rose à ongles de sa gente "female". Son pépin s'efface dans son costume. Elle est loin, la mode des chapeaux melons sur lesquelles glissaient les gouttes (quelques indomptables s'en chapeautent encore). 

Toutefois, les préméditations de Lady Nature étant déroutantes, bien que dénué d'écailles - ce qui aurait pu laisser présager du pire - l'Anglais/e ne flétrit, ni ne rétrécit. 

 

 

Mais nous, pauvres "bérets" périssables, dieux des fromages ? Il flotte tous les jours sur nous ! Nous ?! Cet hiver, ce printemps,...

Help !

 

 

 

Nous, je me demande si on va savoir sécher.

 

 

                                                       Corine

 

 

 

 

 

 

Ps : de parfaite mauvaise foi, je ne mentionne pas la Normandie :-)

 


19/05/2021
13 Poster un commentaire

Nage dans le bois

 

 

 

 

début pyo nageur.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Pyro nageur blog.jpg

 

 

Une pyrogravure amatrice de nage.

Signer, je ne sais pas par cette méthode ! (le "r" de mon prénom me paraît risqué pour faire quelque chose de propre) et puis c'est pour le fun.

 

                                                                                       Corine 


17/05/2021
10 Poster un commentaire