Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

Haikus français (!) en pagaille

 

 

 

Dans un siècle où les banquises déchirent le coeur de les voir écartelées. 

 

 

La feuille blêmit

Enfantée d'une ombre

Que l'éclair foudroie

 

 

 &&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

 

Faux haïku :

La souris chauve

au son d'un anathème (2020)

pose sa tête

dans l'ombre des jours

 

 

 

Des clameurs-couperets

 

 

 

&&&&&&&

 

 

Etrange mythe

en fustigée coupable

le jour, un écueil.

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 
L'ours a glissé

Le sol fond, un chaud miroir

Son front se lève

 

 

&&&&&&&&&&&&

 

 

L'ère bascule

Assassins et victimes

L'immarcescible, perdu.

 

 

&&&&&&&&&&&&

 

 

"Espèces éteintes" :

Vocabulaire banal

Des billets dans les poches

De l'argent dans leurs têtes

Des billets kamikazes

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

Dans l'heure liquide

Des bras de cornaline

Ont soulevé la terre.

 

 
&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

Aigle bleu, ciel blanc

Ses yeux de matin pâle

Sur une eau amnésique.

 

 

 

                          Corine

 

 

 

 

 

Ps : La fonte de la banquise me plonge dans une rage folle. Il est impossible de l'admettre. Pas plus que l'abattage massif des arbres, pas plus que toutes les folies qui n'ont aucun humour. L'effet papillon devient bien laid, préférant les massacres aux créations. A ce sujet, l'envie de rire me quitte.

 

 

 

 



29/05/2021
25 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres