Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

Madame Norma-Lyn

 

 

 

 

 

''Madame'', un mot d'estime pour une dame qui méritait le respect. 

 

Parmi les nombreux livres que j'ai lus à son sujet, j'ai reçu en cadeau, au milieu des années 80, celui de son ami auteur et poète lui-même, Norman Rosten. Il parlait d'une autre Marilyn, comme tous ceux qui en firent témoignage (comment une star pourrait être celle que l'on voit en représentation d'elle-même à chaque flash ?). Il avait insinué dans quelques pages de petits mots amicaux de sa part, des réflexions et des poèmes qu'elle avait écrits.  

Je ne crois pas me tromper en disant qu'il faudra attendre le XXI° siècle pour qu'on lui concède une expo. mettant en lumière publique et incontournable ce talent. 

Il serait si doux que les esprits nous visitent ; que le sien soit parmi ceux qui trouvent une réparation au constat que le crédit de la valeur de ce qu'ils étaient leur est enfin accordé. Abstraction faite de quelques intimes, elle n'en reçu pas le solde de son vivant. Pourtant, Norma Jean luttait. 

Aussi belle soit-on (elle était époustouflante), le mépris est aussi mortel que des barbituriques. 

 

 

« Seuls quelques fragments de nous toucheront un jour des fragments d’autrui. La vérité de quelqu’un n’est en réalité que ça, la vérité de quelqu’un. On peut seulement partager le fragment acceptable pour le savoir de l’autre. Ainsi on est presque toujours seuls ». Marilyn MONROE. 

 

 

On ne peut mieux dire. 

 

 

 

 

Marilyn 3ème version.jpg

 

 

 

Il y a les vrais. Ceux du bonheur, de l'espoir, mais combien, au nombre des sourires d'une vie, peuvent mentir ? Par politesse, par pudeur, peur. Ou pour plaire...

 

A la petite fille au piano blanc, au patronyme incertain (Baker ? Mortenson ? Gifford ?) qui n'appartenait à personne, mais que nous apprenons encore aujourd'hui et pour très longtemps à connaître. Comment aurait-elle pu imaginer cela ? 

 

« (...) but strong as a cobweb in the
wind — I exist more with the cold glistening frost.
But my beaded rays have the colors I’ve
seen in a painting — ah life they
have cheated you »

 

 

 

Quand on aime Marilyn (et plus on creuse, plus on l'aime), on a souvent l'impression qu'on aurait pu la sauver. Forcément, on en a tellement envie. Quand même Joe Di Maggio, l'homme solide, l'homme aimant, l'homme loyal, n'y parvint pas. 

 

L'appel n'a pas abouti en août 1962. La vie trichait couramment.

La petite araignée n'a plus besoin de givre. Sa toile est éternelle, des couleurs sur les mots. 

 

 

                                                                                                      Marilyn sadness revue.jpg

 

Un repos. A quel(s) prix, Norma Jean ?                                     

 

                                                                                                        

                                                                                                                               

                                                                                                                             Corine

    

 



17/08/2021
15 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres