Mi(s)ScellaneaCorine

Mi(s)ScellaneaCorine

prière de

 

 

 

Pétard ! Vous avez remarqué ? On est de plus en plus pressé de conclure avant de commencer ? Les actions se précipitent et s'embrouillent ! Souvent du n'importe quoi. 

 

Ca m'a donné à réfléchir.


 

Un exemple de bon sens, simple, drôle et concret : ne sortez pas sans miroir. Vous êtes bien sûr libres de choisir une vitre si un miroir vous semble un peu "précieux", bien que cela me paraisse moins aisé.

 

Donc prière, si vous tombez sur un corps, tiens, le mien par exemple - on se connaît un peu, c'est moins intimidant - inanimé dans un lieu public ou privé (cheveux châtain-rouge foncés, teint pâle, 1 m 70, dans les 54-55 kg, 56-57 après les fêtes) prière, donc, de placer un miroir au-dessus de mes sensibles babines, plutôt que de quérir les services responsables des autopsies inconsidérément.

On est à l'abri de peu de choses, savez-vous : il suffit qu'un policier soit appelé en dernière minute pour le présumé constat, sans son peigne, son miroir ni sa brosse à dents (avant un roulement de faction vespérale) pour que soit commise une involontaire bévue. Qui plus est si lui prend l'envie de trinquer avec le médecin dépêché à son corps défendant (qu'il inclinait bien plus à culbuter la jolie infirmière du 4ème. Merde alors !) pour "constater" un trépas hâtif. Car pendant ce temps, pour eux, c'est la vie. Il faut bien se remonter le moral. C'est fatiguant, en fin de journée, ces figures éteintes alors que les lumières s'allument. C'est ainsi qu'avec un peu de précipitation, un peu d'alcool et sans miroir, vous êtes déclarée improprement décédée. C'est la vie, vide dit ! Mais et ma buée alors ?

 

La fin, on est tous dans la même barque, ça n'est pas si grave, mais la dissection et les recherches in vivo, je ne suis pas fan. Et pourquoi pas les bœufs derrière la charrue ? Non plus !

 

Tandis qu'un brin de calme et miroir permettront :

* de me relever d'un malaise, ou d'une cuite munie de l'intégralité de mes viscères (mes organes seront remis à ceux qui en auront besoin le moment venu),

 

* d'épargner à la science ses sous, son temps et les services d'un ou des expert(s) en Médicolégal,

 

* à un prêtre, plutôt que de s'efforcer de récupérer les avis plus ou moins objectifs sur le cas que j'étais, de préparer les messes qui lui reste à faire pour les quelques fidèles qu'il garde encore sur plusieurs paroisses,

 

lésant, c'est vrai, vous avez raison, les pompes funèbres qui sont en ce jeune 21ème siècle un des seuls corps de métiers à être certains de ne pas connaître le besoin !

 

 

Si jamais par extraordinaire, le pouls, la mydriase, le miroir, la température, les muscles (etc...) confirmaient mon long voyage, j'aimerais bien faire sourire après lui.

 

 

Une des mes suggestion d'épitaphes :  

"l'heure, heure ! Ah c'est malin !" Sourire

 

ou "je crains désormais d'être en retard, merci de faire passer le mot". Sourire

C'est sobre, c'est court et ça tient (il n'y aura pas que moi sous la dalle, il faut savoir partager et dans le respect, sans effacer, ni réveiller l'autre, même si le matelas est bon). 

 

 

Merci pour moi, merci pour tous.

 

                                                Corine

 

 

ps : quand on met au centre de l'action, c'est quand même + marrant

 

 



11/12/2019
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres